Ma vie de courgette

Le 1er décembre 2016 :

Vidéo YouTube


LA TECHNIQUE

« Ma Vie de Courgette » a été réalisé en stop-motion c'est à dire que chaque scène est filmée avec une seule image à la fois (on prend une image, on bouge le personnage et on reprend une image). Mises bout à bout, les photographies animent le film. C'est une technique assez rare. Le graphisme n'est pas du tout réaliste, le stop-motion rajoute un petit effet rétro, style pâte à modeler mais en version améliorée. La technique du stop-motion permet de plonger plus profondément le public dans l'histoire

Les animateurs reconstruisent chaque mouvement dans l'image pour donner l'illusion que les personnages bougent tout seuls.

Pendant près de 2 ans, le réalisateur a travaillé pour établir les bases du film avec pour modèle les films de Tim Burton et les marionnettes de Jiri Trnka. 150 artistes ont été nécessaires pour faire évoluer 54 protagonistes dans une soixantaine de décors.

Gwendolyne, Mélissandre et Eulalie


NOTRE AVIS SUR LE FILM

J’ai beaucoup aimé ce film car il est humaniste, drôle et grave à la fois, évoquant des choses tragiques avec politesse et légèreté. C’est une réalisation bluffante et bien réaliste.

Malgré le titre « Ma vie de courgette » ce film ne raconte pas vraiment la vie d’une courgette mais celle d’un petit garçon, et c’est ça qui est surprenant !

Hélas le film ne dure pas longtemps, et c'est bien dommage, on aurait aimé rester plus longtemps avec ces petites têtes aux grandes oreilles et aux gros yeux cernés de bleus...

Ce qui est drôle, ce sont les visages des enfants, c'est tellement chou, tellement naturel et simple qu’on n’hésite pas à lâcher une petite larme à certains moments.

Ce qui me touche le plus c’est l’histoire d'Icare : comment elle est racontée, cette passion, l’amour qu’il met à nous la raconter…

L’histoire est touchante car Icare rencontre de nouveaux amis, l’amour et une nouvelle famille…

Chloé et Manon


Ma vie de courgette est un film d’animation vraiment bien qui s’adapte parfaitement aux petits comme aux grands : le vocabulaire est adapté aux adolescents alors que les images parlent aux plus jeunes. Ce film est très rigolo et accrocheur.

La manière dont les personnages sont faits ( pâte à modeler ) est très précise, ce qui me plaît beaucoup car c’est très impressionnant quand on sait comment le mouvement est créé, il en est de même pour le décor : je trouve ça vraiment fort de réussir à faire un film d’animation rien qu’avec des photos de pâte à modeler et du carton…

Pour ma part, je pense que le film est très bien même si au début j’étais sceptique du fait des graphismes qui me paraissaient enfantins mais au final, c’est très bien réalisé. Il y a aussi un mélange d’humour, de réalisme et de tristesse, ce qui rend très bien, même si je préfère le livre car on peut se mettre plus facilement dans la peau de Courgette. L’histoire est un peu différente : par exemple, au début de l’histoire, dans le livre, Courgette tue sa mère avec un pistolet alors que dans le film, Courgette tue sa mère en la poussant dans les escaliers.

Killian


Les différences entre le livre et le film

Dans le livre :

Courgette tue sa mère avec un revolver ce qui n’est pas le cas dans le film, il la tue en l’assommant avec la porte de sa chambre.
Il joue dans le grenier avec des pommes alors que dans le film il joue avec les cannettes de bière de sa mère.

Il veut tuer le ciel parce qu’il pense que c’est à cause du ciel que sa mère a mal au genou alors que dans le film il ne veut pas tuer le ciel.

On parle du voisin de Courgette contrairement au film.

Ahmed revoit son père et doit choisir, soit de partir avec ou de rester aux Fontaines ce qui n’est pas le cas dans le film.

Victor, le fils de Raymond n’habite pas avec son père alors que dans le film il habite avec son père.


Dans le film
 :


Il y a des personnages manquants comme les frères Chafouin, Yvonne l’infirmière et Colette la psychologue.

Les élèves ne prennent pas le bus et ne vont pas à la piscine.
 
Il y a des séquences manquantes : quand les enfants ramènent un chat trouvé dans le pré ou l’anniversaire surprise de Courgette.
 
Rosy est enceinte alors que ce n’est pas le cas dans le livre. 

Conclusion : on peut conclure qu’il y a beaucoup des séquences manquantes dans le film.

Océane et Gaëlle


POUR EN SAVOIR PLUS : 


Leçon de cinéma d'animation avec Claude Barras ! 


Cannes 2016 - “Ma vie de Courgette”, de Claude Barras : un film d'animation dans la cour des grands (Télérama)